Coach de couple ou Conseiller : Qui consulter ?

Résoudre mon problème me demande de franchir plusieurs étapes :

  1. Faire le point sur ma situation, identifier mon dysfonctionnement et envisager mon changement comportemental.
  2. Dépasser mes obstacles et concrétiser mon changement.
Les consultants du domaine familial tout type confondu (conseiller, médiateur, psy, etc.) m’aident à établir une photo de ma situation au présent, à l’analyser et à projeter des solutions.
À ce stade, cela me donne le diagnostic de ma problématique et les bras de leviers envisageables. Ce diagnostic n’étant qu’un indicateur du remède, charge à moi d’entreprendre et de concrétiser.
 

Deux cas de figure :

  • Je suis capable de concrétiser les changements nécessaires, auquel cas le consultant peut me suffire.
  • Je sais ce qu’il y a à entreprendre, mais les obstacles sont trop hauts pour moi (état fébrile, très grande crise à traverser, manque d’assurance pour me confronter, manque de force identitaire, manque de savoir-faire et de pouvoir d’anticipation, apprendre à exprimer mon ressenti, me situer à l’instant ‘’t’’,  situation déstabilisante, rapport de forces inégal, manque de force de réactivité, absence de lucidité).
Or, ma situation n’évoluera qu’en modulant ma façon d’être. Si au final, je ne suis pas capable de réaliser mon changement, le coach devient incontournable pour m’offrir le cadre m’aidant à me dépasser et à me booster vers ma solution ; alors que le rôle du conseiller se limite à me faire prendre conscience de mon dysfonctionnement.

Le changement comportemental réalisé étant le principal de la solution, un accompagnement de proximité s’avère alors indispensable pour convertir le changement des conceptions en comportements.

Il suffit de s’interroger : Qu’est-ce qui fait que la panoplie de prestataires (conseiller conjugal, médecin de famille, etc.) à notre disposition ne suffit pas à stopper l’hémorragie des discordes familiales, des divorces, des crises parents-enfants si ce n’est que la solution sur le papier manque d’efficience sur le terrain ?

Et pour cause, au présent, je suis en crise, je n’arrive plus à communiquer avec mon conjoint ou mon enfant, je suis perdu, je m’enlise dans la situation et perds mes moyens.

L’expérience nous montre que pour la plupart des personnes, il est très difficile de se situer au moment des faits, de se prendre en main et d’entreprendre un changement des habitudes ou des conceptions.

C’est au moment précis de la crise que j’ai besoin d’une écoute, d’une aide pour me soutenir, de me guider pas à pas en me redonnant une vue sur ma situation avec les conditions pour franchir mon obstacle.

C’est pourquoi votre accompagnement de proximité s’adapte à votre réalité et vous donne la possibilité de consulter à tout moment votre coach avec qui vous avez établi vos objectifs pour trouver le support dont vous avez besoin au moment d’agir.

Si vous vous reconnaissez dans cette problématique, c’est un accompagnement de proximité PENDANT un laps de temps qui pourra vous aider à concrétiser les changements, donc d’amorcer la résolution de votre difficulté.

Cet accompagnement de proximité doit pouvoir se faire au pied levé par téléphone en fonction des évènements, car c’est au moment de vous confronter à votre épreuve que vous avez besoin d’être accompagné et encadré.

Dans ce contexte, s’armer d’un coach offre un véritable tremplin pour amorcer vos changements en attendant de voler de vos propres ailes.

En résumé, je dois comprendre que seuls mes changements comportementaux changeront ma problématique et non mon changement de concept dénué de moyens pour le concrétiser.

Chaque méthode d’approche a ses atouts, mais le véritable enjeu réside moins dans la spécialisation des méthodes employées que dans ma capacité à surmonter mon obstacle.

Je suis en capacité de me surpasser et le consultant me suffit. À défaut, “le temps de me faire les dents”, j’ai besoin d’un accompagnement  pour changer ma réalité et le coach peut m’être salutaire.