Coaching Familial, SOS Couples

Coaching Familial, SOS Couples

1. Coaching Familial, crise du Couple

Jusqu’à mon dernier souffle de sénior, mes difficultés et absence de repères me prouvent que je n’en suis qu’à mon début d’apprentissage de la vie.

Finalement, loin des projecteurs et face à mon miroir, le constat est inavouable :

  • Mes lacunes touchent jusqu’à ma vie personnelle et familiale.
  • Ma maitrise fondée sur mon expérience n’étant qu’illusion, comment oser parler des domaines de vie encore inexplorés alors que tout est encore à découvrir ?

Côté pratico-pratique, mon orgueil aura beau m’empêcher de porter un regard objectif et lucide sur ma réalité, mes dysfonctionnements m’arrachent à ma zone de confort et me font tituber, tel un enfant en recherche d’équilibre dans ses premiers pas.

Le décor posé, il m’est compliqué de ne pas prendre la mesure de ce que je suis.

L’instabilité dans mon quotidien le plus intime sous forme de stress, de crise de couple et familial me rappellent à l’évidence.

Besoins souvent ressentis :

Développement personnel :
Gestion du stress, Vaincre une addiction, Changement une habitude négative et Développer en une positive, Recherche d’orientation de vie, Maîtrise de soi, Améliorer ma vie, Aide pour les relations, Renforcement de la confiance et de l’estime de soi, Gestion d’un deuil, Émotions, etc.

Dans le couple :
Résolution des conflits, Rétablissement de la confiance entre conjoints, Plus de passion et relations intimes, etc.

Si vous vous reconnaissez dans les schémas ci-dessous, c’est peut-être que vous souffrez d’une frustration, que vous vous refusez à la médiocrité et aspirez à vous émanciper, mais sans savoir comment faire et où trouver la force d’entreprendre.

  • Je m’interroge sur ce qui me caractérise et sur mon sens de vie.
  • Alors que j’identifie mes atouts pour baigner dans mon bonheur, ma vie est gâchée par mon complexe d’infériorité.
  • J’ai l’illusion d’échouer partout.
  • Mon besoin de reconnaissance me soumet au regard de l’autre.
  • Mon rêve : devenir l’acteur de ma vie.

Auquel cas, le coaching en développement personnel et familial peut vous tirer par le haut.

La bonne nouvelle : à condition de m’y investir, cheminer vers ma posture d’adulte accompli et équilibré est à ma portée.

Cependant, le chemin est tortueux et demande d’avancer à l’aveugle jusqu’à entrevoir ma vérité.

Le coaching en développement personnel permet de parer à ces deux obstacles et d’avancer :

  • Analyser et entrevoir votre vérité.
  • Fixer les objectifs évolutifs, vous soutenir dans la réalisation de votre projet.

Par vos interrogations, votre être profond vous invite à vous connecter à votre globalité que sont : l’esprit, la raison, les émotions et le corps.

Une fois sur ce chemin, votre unicité vous libère du superflu, vous ressentez une profonde sensation de plénitude et rayonnez depuis votre être intérieur.

Vous ne dépendez plus que de vous et vous vous concentrez sur l’essentiel.

1.1 La vie est un perpétuel mouvement : 

Vivre m’impose de m’adapter au changement de la vie. Ne pas m’ajuster est mon suicide. 

Que les épisodes de la vie soient tristes ou heureux, ils m’exhortent d’agir et sont mon opportunité de grandir.

Sachant que de me confronter à mes épreuves me forge, je dois entreprendre pour repousser mes limites.

Si je ne trouve pas la force d’agir, je dois :

  • M’interroger et identifier ce qui me limite.
  • Renforcer mes points faibles pour sauter plus loin. 
  • Refuser systématiquement de me cacher derrière mon ombre : mes difficultés m’informent sur mes faiblesses, que je suis seul à pouvoir travailler. M’interdire de les attribuer à autrui me responsabilise et m’engage à les combattre !

Le bonheur de me libérer de ma prison virtuelle doit naturellement m’inciter à agir.

Si j’apprends à m’interroger au lieu de culpabiliser et d’agir au lieu « de jouer à l’autruche », je trouve un sens à mon action et m’émancipe à hauteur de mon degré d’investissement.

Parcourir jusqu’ici cet article prouve déjà votre intérêt à changer votre philosophie de vie, votre désir d’alléger le poids de votre inertie et de vous approprier les moyens d’avancer.

À présent, continuons.

2. Mon sens de vie :

2.1 Construire mon libre arbitre :

Seul l’Homme peut diriger sa vie grâce à son potentiel à développer sa raison et son libre arbitre.

Il m’incombe de donner un sens à ma vie, l’efficience de mes émotions étant innée.

Ma raison va de pair avec mon sens logique, mon émotion est de nature aléatoire.

Ainsi, la logique et l’aléatoire s’opposant frontalement, s’impose la suprématie de l’un sur l’autre.

L’enfant n’ayant pas encore développé sa raison n’est pas en mesure de donner un sens à sa vie. Il vit à la merci de ses émotions et requiert une autorité supérieure (parents, tuteurs) en attendant de construire sa raison.

À mesure qu’il se construit, soit il apprend à se respecter en travaillant entre autres la retenue de ses tentations, soit il se laisse aller aux plaisirs et déforme sa raison pour ne pas rentrer en contradiction avec elle.

En effet, orienter ma vie sous-tend de lui indiquer un sens établi à partir de ma raison, chose impossible si mes émotions de nature aléatoire contrôlent mes actions.

Construire l’ascendance de ma raison sur mes émotions reste l’unique option pour acquérir mon libre arbitre et vivre en adéquation avec mes valeurs de vie.

Le Coaching Familial pour

Migrer de la posture d’Enfant

à la posture d’Adulte

Le cerveau représente notre raison à partir de laquelle découlent nos règles de vie. Le cœur représente notre centre émotionnel, agissant de façon aléatoire et ignorant la raison.
1. De façon innée, la raison de l'enfant n'est pas encore construite. Tant qu'il ne construit pas ses règles de vie et les moyens de les respecter, l'Homme garde sa posture d'enfant et vit à la merci de ses émotions.
1. De façon innée, la raison de l'enfant n'est pas encore construite. Tant qu'il ne construit pas ses règles de vie et les moyens de les respecter, l'Homme garde sa posture d'enfant et vit à la merci de ses émotions.
2. En attendant que l'enfant grandisse et construise sa raison de vie, il est à la merci de ses émotions. C'est pourquoi il dépend de ses parents jusqu'à développer sa raison.
2. En attendant que l'enfant grandisse et construise sa raison de vie, il est à la merci de ses émotions. C'est pourquoi il dépend de ses parents jusqu'à développer sa raison.
3. Quel que soit son âge, l'enfant ou le sénior n'ayant pas encore construit le moyen de faire respecter ses règles de vie reste indéfiniment à la merci de ses tentations et ne peut pas diriger le sens de sa vie.
3. Quel que soit son âge, l'enfant ou le sénior n'ayant pas encore construit le moyen de faire respecter ses règles de vie reste indéfiniment à la merci de ses tentations et ne peut pas diriger le sens de sa vie.
4. Construire sa raison d'être et s'imposer des règles de vie ne suffit pas, il faut aussi se donner les moyens de contenir ses tentations.
4. Construire sa raison d'être et s'imposer des règles de vie ne suffit pas, il faut aussi se donner les moyens de contenir ses tentations.
5. Vivre sa posture d'Homme est une guerre éternelle entre ses règles de vie et ses tentations singulières.
5. Vivre sa posture d'Homme est une guerre éternelle entre ses règles de vie et ses tentations singulières.
5. Vivre sa posture d'Homme est une guerre éternelle entre ses règles de vie et ses tentations singulières.
6. Une fois que l'enfant s'est développé et a construit sa posture d'Homme, c'est-à-dire qu'il domine ses pulsions, sa raison canalise ses émotions. Il dispose ainsi de son libre arbitre et peut vivre selon sa raison de vie.

3. Oui, mais par où commencer ?

3.1 Migrer vers ma posture d’adulte

Faire l’état des lieux :

En fonction de chacun, ma posture d’enfant ou d’adulte varie pour chaque domaine (je peux me comporter en adulte dans mon travail, mais comme un enfant face à une envie).

  • Je mesure mon degré de suprématie de ma raison sur mes émotions ou de mes émotions sur ma raison.
  • Je dois travailler la maîtrise de mes tentations si je souhaite respecter et agir selon mes règles de vie.

Ainsi, ce degré de suprématie sert d’étalon de mesure pour distinguer entre la posture de l’enfant de celle de l’adulte :

  • À tout âge, la posture de l’enfant se caractérise par le fait que ses émotions lui dictent ses actions, ses règles de vie n’étant pas en capacité de s’interposer.
    En effet, ses émotions, par nature fluctuantes, dominent et dictent ses actions en tordant sa raison.

Exemple : l’enfant est livré à sa tentation de bonbon, et ce, malgré sa connaissance de la survenue future de maux de dents et de sa peur du dentiste. Cependant, d’une manière ou d’une autre, lorsque son envie est au plus fort, il s’affranchit de sa règle de vie de se préserver de son mal de dents par le bonbon.

La posture de l’enfant fait que l’émotion (l’envie du bonbon) prend donc le dessus sur sa raison (prévenir le mal de dents et le passage chez le dentiste).

  • La posture de l’adulte se caractérise entre autres par sa maîtrise de ses tentations.
  • Elle se mesure par le degré d’autorité de sa raison sur ses émotions, entre autres par sa capacité à contenir ses pulsions. 

          L’expérience prouve que même à l’âge avancé, l’adulte conserve sa posture d’enfant jusqu’à avoir développé par ses efforts personnels la maîtrise de ses envies.

(Aïe aïe aïe, ne m’en voulez pas d’écrire cette vérité à garder secrète et ne la répétez surtout pas en présence de vos séniors. Toutefois, rien ne vous empêche de faire mieux qu’eux). À défaut de ce travail sur soi et bien que réputé adulte par son âge physique et par son long vécu, ses émotions ont toujours la suprématie innée sur sa raison. Auquel cas, l’adulte garde indéfiniment sa posture d’enfant.

Il est ainsi possible de trouver un grand-père à la posture d’enfant alors que son petit-fils fait preuve d’une posture d’adulte…

Cette carence dans sa posture d’adulte le met comme tout enfant à la merci de ses envies, l’appât du plaisir gouvernant sa vie :

  • Ses tentations gustatives aspirent le gourmand.
  • L’orgueilleux paie à prix fort son besoin de reconnaissance.

Par opposition à l’enfant, l’action de l’Homme ayant acquis sa posture d’adulte contribue à son développement : il se fait violence et communique entre conjoints sur ses vrais problèmes de couple pour les régler ; contrairement à la posture d’enfant de ne pas se confronter à la situation, quitte à provoquer une situation de divorce.

Par l’analyse de mes actions, je prends conscience de ma posture d’enfant / d’adulte et apprends à me rencontrer.

N’ayons pas peur de nous répéter :

Ma posture d’adulte se mesure par ma capacité à me conformer à mes règles de vie et non par mon âge physique.

À partir du moment où mes émotions me dictent mes actions, je vis à la merci de mes tentations et garde ma posture d’enfant.

Auquel cas, je mime ma posture d’adulte et ne suis pas l’acteur de ma vie.

4. M’armer pour orienter mon sens de vie :

Parfois, les personnes confondent entre comprendre ce qu’est un adulte et se comporter en adulte.

Il ne suffit pas de décider de mon sens de vie, je dois aussi me doter des moyens de réaliser les mesures qu’il m’impose.

En période de régime, comment puis-je retenir mon envie incessante de glace au chocolat ?

Respecter ma résolution de cure alimentaire m’exige de “muscler” ma force de retenue à hauteur de ma tentation gourmande en plus de faire appel à d’autres stratagèmes.

Je peux avoir des conceptions d’adulte, mais si je ne m’outille pas pour canaliser mes émotions, mes tentations ont naturellement le dessus sur ma raison et prennent le contrôle de ma vie.

Règle générale : 

Si la motivation de mon action est alignée à mon être profond, elle bonifie toute ma personne. À défaut, elle me crée une dissonance.

Par rapport à orienter le sens de ma vie, mon degré de souveraineté de la raison sur les émotions navigue entre ces deux extrémités :

  1. Posture d’adulte : maitriser toutes mes tentations me fait acquérir mon libre arbitre pour vivre selon mes valeurs.  Auquel cas, l’analyse de ce qui se joue en moi, depuis l’intention jusqu’à la motivation de mon action, me dévoile mon sens de vie.
  2. Posture d’enfant : ayant développé ma raison, mais pas les moyens de respecter mes règles de vie, je vis à la merci de mes émotions. À l’image du nouveau-né n’ayant pas encore développé sa raison, que je sois adulte ou sénior, mes émotions me dictent mes actions sans pouvoir prétendre orienter mon sens de vie.

5. Me connaitre par l’analyse de mes actions :

Analyser la motivation de mes actions me fait rencontrer ma nature intérieure.

Nous sommes le produit de nos actes […]”

Citation de renom, mais oh combien lourde d’enseignement.

Je façonne ma personnalité par l’intention motivant mon action ou inaction.

Cependant, nombre d’entre nous ne voient dans l’action que ses effets apparents, alors que son vrai visage est dicté par ce qui la motive.

Or, je façonne exclusivement ma personnalité par le sens réel de mon action et non par ses effets apparents.

Une fois ma posture d’adulte acquise, l’analyse de la motivation de mes actions reflète mon essence de vie. 

Quelques exemples :

  1. Imaginez le commerçant enrichi par la vente de ses produits bien au-dessus de leur juste valeur marchande. Sa réputation de marchand futé n’empêche pas que son réel métier relève peut-être d’une autre catégorie… D’ailleurs, s’il considère avoir réussi socialement, qu’en est-il de sa fierté quant à sa façon de gagner sa vie et du sens de son existence ?
  2. Comment définir mon acte de faire une donation ? C’est bien un don si mon intention est principalement désintéressée. Cependant, si mon intention est de m’attirer les honneurs ou le pouvoir, ne s’agit-il pas d’une publicité déguisée ?
  3. J’appelle mon fils et mon mari « chéri » : comment confondre mon intention suivant à qui je m’adresse ?

Il est donc crucial de ne pas dissocier l’intention de l’action.

6. Notre coaching : coller au terrain !

Hors du jeu de rôle et d’analyse transactionnelle, vous voulez devenir la meilleure version de vous-même !

Nous mettons à profit notre expérience et notre savoir-faire pour vous soutenir dans votre accomplissement. 

Pour cela, nous vous accompagnons dans la résolution de vos difficultés personnelles, dans votre crise de couple et familiale, tant sur le plan conceptuel que dans la réalisation des mesures qui s’imposent.

Pour cela, nous proposons deux approches différentes.

  • « Consultations régulières » de conseil et coaching familial
  • « Intervention Rapide et Réactive » SOS couples et Crises
“Consultation régulière” de conseil et coaching familial“Intervention Rapide et Réactive” SOS couples et Crises
RôleAnalyser et débattre d'une situation et concept, travailler les points de blocageRépondre aux situations urgentes et difficultés de la vie
Mode et durée de consultationEn ligne sur simple appel, En présentiel sur RDV, durée 1 heure ou plusEn ligne sur simple appel, dans le cadre d'un suivi personnalisé* ou d'un appel ponctuel, durée 15 minutes ou plus

*Dans le cadre d’un suivi personnalisé, nos consultations “Intervention Rapide et Réactive” SOS couples et crises se conjuguent naturellement aux “Consultations régulières” de conseil et coaching familial de sorte à couvrir l’ensemble de vos besoins.

Consultation en ligne

Consultation en ligne immédiate ou par SMS pour être appelé :

Consultation en présentiel

Je prends RDV :

Je prends RDV :